Un nouveau pavillon

À l’occasion du 35e anniversaire de la Maîtrise, le Pavillon de musique est inauguré le 22 novembre 1991. Le nouvel édifice offre aux Petits Chanteurs des locaux modernes et fonctionnels. On y retrouve entre autres, un grand studio de 150 places, un studio de 45 places, une salle pour l’enseignement du piano, des cubicules pour la pratique individuelle, une musicothèque et les bureaux de l’administration. L’ancien Manoir des origines est conservé pour loger les salles de classes du primaire. Les élèves du secondaire poursuivent leurs études au Collège Notre-Dame.

Voix d’Acadie

Voix d'Acadie , Roger Blais, offert par l'Office national du film du Canada

Court métrage documentaire sur la chorale de l'Université Saint-Joseph au Nouveau-Brunswick. Dirigée de main de maître par le père Léandre Brault, elle a remporté les plus hautes récompenses canadiennes avant de décrocher le premier prix au Festival international d'Eisteddfod à Llangollen, au pays de Galles. Le chœur interprète quelques-uns de ses succès. par Roger Blais|1952 |10 min 4 s

Changement de directeur, les tournées et les concerts

Changement de directeurAprès avoir contribué à la formation de Petits Chanteurs  du Mont-Royal pendant 20 ans, le père Rémi Legault, c.

Des jubilés à célébrer

L’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal célèbre son 100e anniversaire de fondation en 2004-2005.

Le 40e anniverssaire et le passage à l'an 2000

40e anniversaireL’année 1996 a été particulièrement chargé avec la présentation de concerts dont l’un avec le Chœur Air France, l’enregistrement d’un disque Messe en mi mineur de Bruckner , une tournée en Autriche et en République tchèque et un concert de Noël à l’Oratoire avec la chanteuse René Claude.

L'exposition universelle de Deajeon, louanges et beauté

L’Expo de Daejeon Vingt-trois Petits Chanteurs du Mont-Royal sont désignés pour représenter le Canada à l’Exposition universelle de Daejeon en Corée du Sud, au mois d’août 1993. Ils se produiront aussi à Séoul où ils ajouteront à leur programme quelques mélodies empruntées au pays hôte. Louange et beauté
  [caption id="" align="alignleft" width="120"]Logo des Pueri Cantores, section québécoise Logo des Pueri Cantores, section québécois[/caption] Pour la première fois de son histoire, la Fédération internationale des Pueri Cantores tient son congrès à l’extérieur de l’Europe en 1995. Sous le thème Serviteurs de louange et de beauté, la 27e édition de ce rassemblement internationale a lieu à Trois-Rivières, Québec et Montréal, du 30 juin au 6 juillet. Près de deux mille choristes provenant de quinze pays y participent. Pour l’occasion, les Petits Chanteurs du Mont-Royal créent une œuvre de leur directeur musical, la cantate Les fruits de la paix.

Nouvelle direction générale et les 25 ans de la direction musicale

Nouvelle direction généraleÀ l’automne 2001, Johanne Chantal, succède à Bertrand Badeau, c.

À guichets fermés : en continuité et innovation

[caption id="attachment_2544" align="alignright" width="240"]Luciano Pavarotti lors du concert de Noël à l'église Notre-Dame en 1978 Luciano Pavarotti lors du concert de Noël à l'église Notre-Dame en 1978[/caption] Continuité et innovation Charles O. Dupuis quitte la Maîtrise en 1978, après 10 ans de service. Il a été un brillant directeur, amoureux de son métier. Dupuis avait su relever le défi de succéder au fondateur dans un esprit de continuité et à la fois d’innovation. Avec lui, les Petits Chanteurs du Mont-Royal ont abordé des pièces nouvelles, hors de leur répertoire habituel et ont définitivement pris leur place dans le paysage musical montréalais. Patenaude et Pavarotti Gilbert Patenaude devient directeur musical des Petits Chanteurs du Mont-Royal au cours de l’été 1978. Il vient de terminer ses études au Conservatoire de musique du Québec à Montréal. À cette formation musicale s’ajoutent des expériences en tant que musicien, choriste, chef de chœur, enseignant et animateur liturgique. Son premier défi est de taille : préparer les petits Chanteurs pour un concert de Noël qui passera à l’histoire…

Les Petits Chanteurs du Mont-Royal ont l’honneur de se retrouver auprès du grand Luciano Pavarotti pour une émission de Noël enregistrée le 22 septembre 1978, à l’église Notre-Dame. Ce concert réalisé pour la télévision sera par la suite régulièrement rediffusé aux États-Unis, à l’occasion du temps des fêtes, contribuant ainsi à faire connaître la Maîtrise à travers le monde. Le tournant des années 1980 à l’Oratoire Le 75e anniversaire de l’Oratoire Saint-Joseph est célébré en 1979 et sera suivi d’événements de grande importance qui marqueront le début des années 1980 et les Petits Chanteurs du Mont-Royal seront maintes fois sollicités afin de rehausser la qualité et la beauté des grandes liturgies solennelles qui y seront célébrées. Le frère André (Alfred Bessette), fondateur de l’Oratoire Saint-Joseph, est béatifié par le pape Jean-Paul II, le 23 mai 1982, à Rome. Une grande célébration a lieu au stade olympique de Montréal le 20 juin avec 60000 personnes présentes. Les Petits Chanteurs du Mont-Royal interpréteront une œuvre composée par Gilbert Patenaude pour cette occasion spéciale, la Messe liturgique pour chœur, cuivres et orgue. Puis l’Oratoire Saint-Joseph sera l’une des étapes au parcours du pape Jean-Paul II lors de sa première venue au Canada en 1984. Au matin du 11 septembre les Petits Chanteurs accueillent le pape par leur chant dans la basilique où sont rassemblés 4000 prêtres.

À l’origine de la fondation

Avec le développement de l’Oratoire Saint-Joseph, naît l’idée d’avoir une chorale en résidence sur le modèle des maîtrises rattachées aux grandes cathédrales européennes. Élaboré par divers comités depuis 1942, le projet est finalement relancé par le père Émile Deguire, de la congrégation de Sainte-Croix (c.s.c.), recteur de l’Oratoire, en 1951. Tout en désirant doter l’Oratoire d’une chorale d’enfants, le père Deguire veut faire œuvre sociale en recrutent les élèves de la maîtrise parmi les orphelins confiés aux soins de l’assistance publique. Le père Léandre Brault, c.s.c., directeur de la chorale de l’Université Saint-Joseph de Memramcook, est désigné pour prendre en charge la fondation d’une maîtrise. Mais avant d’enseigner le chant à des jeunes, le futur directeur voit la nécessité de parfaire d’abord sa formation musicale par quelques années d’étude en Europe, auprès de grands maîtres. Les premières recrues Le 1er mars 1956 arrivent les trente garçons sélectionnés à la suite de la tournée de recrutement effectuée par le père Brault dans une quinzaine d’institutions de Montréal et de l’extérieur. Les élèves seront pensionnaires, ils logeront au Manoir, tel est le nom donné par le directeur à la maison Molson située sur le site du sanctuaire mise à la disposition par les autorités de l’Oratoire. Un studio de chant sera aménagé dans cet édifice tandis que le local de classes sera situé dans le bâtiment voisin, l’ancienne salle des pèlerins, l’Auberge aujourd’hui. L’annonce officielle Les journalistes de la presse sont convoqués à l’Oratoire le mercredi 7 novembre 1956. Le père Roland Gauthier, recteur, annonce la fondation d’une école de petits chanteurs : …pour que le culte y ait toute sa splendeur, d’accord avec son Éminence le cardinal Paul-Émile Léger, archevêque de Montréal, l’Oratoire a donc entrepris la formation d’un chœur de petits garçons à la voix pure comme celle des anges. (…) En prenant cette initiative, nous avons voulu entrer, à l’exemple des grandes cathédrales, dans la tradition millénaire de l’Église qui emploie les voix de petits garçons unies aux voix d’hommes pour le chant liturgique.

Les premières liturgies

[caption id="attachment_2586" align="alignright" width="250"]Première prise d'aube - 22 decembre 1957 - Archives de la Maîtrise des Petits Chanteurs du Mont-Royal Première prise d'aube - 22 decembre 1957 - Archives de la Maîtrise des Petits Chanteurs du Mont-Royal[/caption]

Brault amène ses élèves au scolasticat de Sainte-Geneviève-de-Pierrefonds pour chanter à la messe du Christ-Roi, le 20 octobre 1957. Il s’agit de leur première participation à un office liturgique. Mais la première prestation officielle de la Maîtrise a lieu à la messe du dimanche 8 décembre, en la fête de l’Immaculée-Conception. Les voix des Petits Chanteurs se font alors entendre sur les ondes de CKAC qui diffuse chaque dimanche la messe de l’Oratoire.

La première Prise d’Aube Au cours d’une cérémonie spéciale, les Petits Chanteurs reçoivent officiellement l’aube blanche, leur vêtement liturgique. Ils prononcent ensuite leur promesse d’engagement. Ce rite créé par Brault, inspiré de la tradition scoute, vise à conscientiser les jeunes au rôle qu’ils auront à jouer dans la liturgie. La Prise d’Aube du premier groupe a lieu le dimanche 22 novembre 1957, présidée parle père Roland Gauthier, c.s.c., recteur. En pleine expansion En 1958, l’école est en pleine expansion; le Manoir ne suffit plus à accueillir la cinquantaine d’élèves. Une deuxième maison est mise à la disposition de la Maîtrise. Il s’agit de la maison Gordon devenue, en 1965, le Pavillon Jean XXIII, au service des pèlerins. Un dortoir est aménagé dans le bâtiment qui avait servi de salle classes aux premières recrues.